• Fantasia Gothica

    Fantasia Gothica

    Banni de son Royaume pour avoir refusé d'assassiner la fille de sa Reine, le chasseur se retrouve à errer dans l'Europe de l'Ouest où il accomplit maintes tâches visant à chasser des créatures maléfiques. Dans son voyage, il se lance parallèlement en quête d'une amitié perdue suite à la précipitation du départ de son ancien Royaume. Dans son voyage, il rencontrera de nombreux individus, il traversera les paysages majestueux de la vallée du Doggerland, jusqu'à entendre de mystérieuses rumeurs sur l'apparition d'une grande île où rôderait un effroyable cheval noir... Son aventure écrira le chemin de sa Nouvelle Vie et le guidera là où même les dieux n'ose s'aventurer. Cette histoire est une grande histoire de rédemption, de remise en question sur soi-même et d'exploration de mondes fabuleux dans la magie de la vieille Europe. 

  • 1 - Horizons

    Il y a ces souvenirs...

    Il y a ces étranges visions, des tableaux qui me sont apparus il y a si longtemps...

    Ces images qui me reviennent, elles sont des fragments de rêves, de toute évidence...

    En temps normal, je ne prête pas du tout attention au monde onirique. Je sais que les rêves sont le fruit de notre inconscient et je ne crois pas qu'ils nous livrent des clés sur notre vie passée, présente ou future. Je pense au contraire que c'est notre esprit, ou notre cerveau, qui subit tout comme nous la fatigue et se perd dans la confusion en lisant des images quelconques n'ayant pas vraiment de rapport envers moi-même, ou mes objectifs.

    Mais depuis peu, les mêmes images que j'ai eu il y a si longtemps me sont réapparues. D'abord, il y a ce rêve si étrange, d'une maison en ruine resurgissant au milieu d'un lac, avec un cygne à sa droite, et un Saule Pleureur à sa gauche, lui aussi surgissant des eaux brumeuses du lac. Plus jeune, je trouvais ce rêve poétique, mais honnêtement, je ne cherchais pas à me poser des questions sur les raisons de ces rêves. Je pensais seulement à cette image, ça m'aidait à me détendre.

    Puis, il y a ce rêve, tout aussi reposant mais... d'une autre façon. Il est bien plus sombre, mais paradoxalement, il est celui qui me vide le plus de mes angoisses, de mes remises en questions. Il me détend autrement. Ce rêve s'illustre au pieds d'une falaise, à son sommet, parmi les hautes herbes un inquiétant cheval noir m'observe, puis une autre image survient ; le cheval noir galope dans le crépuscule d'une prairie en direction de quelques vestiges -j'ignore s'il s'agit d'une maison ou d'un simple mur-. Puis au lointain, j'entends les douces mélodies d'un violon répondant à la oie d'une cornemuse. Le bruit du galop achève la chanson.

    Ces deux images me sont revenues en rêves depuis que j'ai été banni du Royaume.

    Ce dernier mois, tout a changé si vite. Mon associé a disparu lorsque les soldats ont mis ma maison à saque. La fureur de la reine ne se manifeste pas à moitié, je n'ai pas pu prendre le temps de faire mes adieux à mes amis.

    Depuis, je suis suivi par ces images, ces étranges tableaux oniriques qui sont revenus avec leur lot de mystères. 

    Mais bon, je ne vais pas rester là à me hanter de questions sur ces images qui, elles au moins, ne me tracassent pas, bien au contraire. Leurs ambiances me détendent, elles ont au moins ce mérite, à l'inverse de ces questions futiles qui s'accumulent péniblement dans mon esprit.

    Un nouveau monde se dresse devant moi, désormais : Doggerland est son nom. C'est ici qu'un nouveau chapitre de ma vie s'écrira.

    Mais pour mon voyage, il va à tout prix falloir que je retrouve mon associé, cela m'angoisse de ne pas savoir ce qu'il est advenu de lui. 

     


    votre commentaire
  •  

     

    L'enlacement de la Féerie

    L'enlacement de la féerie

    Voilà deux semaines que la Duchesse ne dort plus... 

    Ajouté à cela, les limiers sont furieux, ils ne parviennent plus vraiment à chasser le gibier. Personnellement, je commence de plus en plus à avoir du mal à tenir mes mensonges pour expliquer aux cuisines le manque de viande. Mais il est évident que quelque chose d'étrange rôde dans les marais. 

     

    L'enlacement de la féerie

    Voilà deux semaines que la Duchesse ne dort plus... 

    Depuis que cette lourde brume blanche enlace les matinées alentour du manoir, j'ai vraiment cette impression que le temps s'est subitement freiné. Cela ne me lasse pas, bien au contraire, mais je suis nerveux face à l'indifférence de mes comparses. La cours est paisible, mais il semble bien que quelque chose hors du commun nous hante...

     

    L'enlacement de la féerie

    Voilà deux semaines que la Duchesse parle peu... 

    J'ai évoqué ces anomalies au bûcheron pendant qu'on buvait une bouteille de vin chez moi. Sa femme aurait aperçu une licorne dans les bois, peu de temps avant que la brume n'arrive. Je ne suis pas inquiet de la licorne, elle peut constituer une menace certaine si l'on s'introduit dans son territoire mais personne ne s'égare dans les bois. Il suffit simplement de la laisser en paix afin d'éviter le moindre problème. Je suis chasseur, mais pas aventurier et encore moins un homme de combat. Par contre, mon ami me fit également part d'un détail assez troublant. Il n'y a qu'une chose qui peut effrayer à ce point les limiers : quelque chose qui les ressemble.

     

    L'enlacement de la féerie

    Voilà trois jours que le Duc est venue calmer sa douce... 

    On aurait pu croire que le féerie serait revenue au château, mais ma récente découverte brisa tout espoir de retour au quotidien. Des empreintes, des grosses empreintes. Un monstrueux canidé rôde dans les parages. On pourrait penser à un grand loup, mais il n'y en a pas dans les marais et les bois sont bien trop petits... Le Duc est prévenu de la présence de la Bête. 

     

    Demain, la Battue aura lieu.

     

    L'enlacement de la féerie

    Voilà deux heures que l'on chasse en déchirant l'épais manteau argenté de la brume. Le Duc, homme d'aventures, m'accompagne. Les limiers sont intrigués. Comme vous le saviez, ce sont les chiens qui conduisent le chasseur vers une piste. Pour cette battue, ce fut l'inverse. La piste était celle que les chiens ne voulaient pas suivre. Celle dont ils détournaient le regard. Celle qui nous poussa à les tirer par leurs laisses. Au bout d'une dizaine de minutes, nous tombions sur notre proie, et autant vous dire qu'elle n'avait rien de ce qui se rapprochait de la banalité : Une femme nue, assise sur un tronc d'arbre, toute tremblante, blottie dans ses bras, autour du tronc se dessinaient une multitude d'empreintes de canidés, identiques à celles trouvées auparavant. Les chiens étaient totalement terrifiés face à la demoiselle.

     

    Le Duc, sans attendre, dégaina son épée.

     

    « Nous avons eu de la chance, la terreur ressentie par vos chiens nous ont conduis au Taranne. Quelques jours plus tard et ils auraient tous été tué par cette créature féerique... »

     

    Sur ces mots, le Duc tua la demoiselle. Immédiatement, le cadavre de la belle prit feu. Les limiers se calmèrent et, le lendemain, la brume s'était dissipée.

     

    Oui, le Duc avait raison, nous avions de la chance : Le Féerie était en train d'enlacer le Manoir.

    L'enlacement de la féerie


    votre commentaire
  • La Ferme du Tiid-Ahraan

     

    La Ferme du Tiid-Ahraan

    ça commence sérieusement à devenir inquiétant, toute cette histoire...

     

    Pourtant, la journée aurait du être paisible, sans trop de travail, ni une météo trop capricieuse. Je n'avais qu'à labourer le champ longeant la ferme, mais ce lutin s'est introduit dans mon simple quotidien comme un défaut d'impression au beau milieu d'un livre. Il suivait la charrue en empruntant les sillons laissés par celle-ci. Néanmoins, il semblait craintif, dès que je me retournais et stoppais la charrue, il s'arrêta de même en tentant de se cacher au mieux. Au début, c'était amusant, mais croyez-moi, là, je ne m'amuse absolument plus du tout...

    La Ferme du Tiid-Ahraan

    Le lutin a continué son manège durant toute le labourage du champ. Puis, une fois revenu à la cours de la ferme pour ranger la charrue et ramener les chevaux au champ plus bas dans la vallée, je l'ai aperçu se cacher derrière un vieux chêne de la cours sous lequel était placé un étrange monticule de pierres. Oui, étrange, car ce monticule n'a pas vraiment d'utilité pour une ferme et lors de l'achat de celle-ci, l'ancien propriétaire ne m'en avait pas fait part. De toute façon, je ne vois pas quoi dire sur un tas de pierre. Pourtant, à mon retour à la cours, un grand trou avait été creusé sous le monticule qui fut quelque peu démonté. En y allant voir de plus près, je fis la découverte d'une ardoise cassée sur laquelle étaient écrites verticalement ces inscriptions « IEN 943 ». La cassure de l'ardoise empêchait coupait devant le « I » et plus bas le « 9 ». Il m'est impossible de comprendre de quoi il s'agit. Face à cette étonnante mise en scène, je dois vous admettre que j'ai commencé à prendre un peu peur. Les cambriolages sont fréquents dans cette dure période d'après-guerre, et on ne peut pas dire que les forces de l'ordre soit si nombreuses en pleine campagne... C'est dans cette ambiance d'inquiétude que je m'arma de mon fusil de chasse avant de débuter la traque.

    La Ferme du Tiid-Ahraan

    ***

     

    Rien.

    Absolument rien...

     

    Mais quelqu'un a bien retourné la terre sous le chêne, non !? Je n'ai pas encore de chien et je vis actuellement seul dans la ferme. Il y a quelqu'un d'autre ici ! Il doit y avoir quelqu'un d'autre !! Bon, je pense que je me pose des questions inutilement... Le labourage du champ était long et épuisant, le crépuscule tombe déjà, je doit rentrer pour me reposer avec un bon Calva, ça devrait me calmer...

    La Ferme du Tiid-Ahraan

    ***

     

    Je n'ai même pas entendu la bouteille de Calva se briser tellement je suis stupéfait de voir ça, par la fenêtre du salon : Un énorme molosse noir vient de surgir lentement de derrière le vieux chêne. Seigneur, il est énorme et ses yeux rouges sont si luisants... Mais bordel qu'est-ce qu'il se passe ici ? Ses massives pattes avant sont pleine de terre, c'est donc lui qui a creusé sous le chêne !

    Après un instant pour remettre mes idées en place et reprendre mon souffle, je m'équipa de nouveau de mon fusil. Mais il me fallait être prudent, vu la taille du loup, je ne pouvais pas simplement sortir dehors et lui tirer dessus, puisqu'il m'observe et s'apprête à bondir à tout moment.

     

    Ah non, le voilà qu'il s'avance lentement devant la fenêtre du salon. Est-il vraiment dangereux ? Il ne grogne pas et ne montre pas ses crocs. Tout innocemment, il s'avance vers moi avec cette impression que la nuit totale approche au fur et à mesure qu'il s'approche de moi. Le monstrueux loup noir aux yeux rouge feu est déjà sous la fenêtre, le regard toujours fixé sur le mien. Puis, paralysé par la peur de ce qui se déroule devant moi, je lève ma tête, et pourtant, je fixe toujours ses yeux rouges luisants.

    La Ferme du Tiid-Ahraan

    Le molosse noir était debout, appuyé sur ses deux pattes arrières.

    Et cette foi-ci, les traits sur son museau et autour de ses yeux flamboyants se durcirent, et sa gueule était belle et bien ouverte...

     

    D'un simple instant, la peur prit le dessus sur moi. D'un bond en arrière, le fusil pointé sur le monstre, pas un seul moment de réflexion, le coup partit... La fenêtre vola en mille éclats puis le silence s'imposa immédiatement. Mes esprits mirent plus de temps à revenir, mais lentement, toujours l'arme pointé en avant, je m'avança à nouveau, approchant le regard vers la cours, à travers la fenêtre éclatée.

     

    Rien.

    Absolument rien...

     

    ***

     

    Le lendemain matin, je fis une étonnante découverte dans le champ longeant la ferme. Le lutin était revenu dans les sillons. Mais cette fois-ci, il ne se cachait plus.

     

    Il était mort.

    Transpercé par une balle.

    La Ferme du Tiid-Ahraan

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique